Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : samedi, 16 décembre 2017 -
001
Alimentation

Alimentation (3)

Hippopotames dans la rivière Rutshuru dans le Parc des Virunga - Naturepl.com /Jabruson/WWFLe chef de la localité de Kimuka, à environ 15 km au sud-est de la cité de Sange, au Sud-Kivu, s’inquiète de la présence depuis une semaine d’hippopotames le long de la rivière Ruzizi. Didika Rusahura explique que ces hippopotames circulent librement dans les champs situés le long de cette rivière. Craignant une attaque de ces pachydermes, les paysans hésitent à travailler dans leurs champs.

Selon le chef Rusahura, ces animaux chargent les cultivateurs qui osent s’approcher, même en pleine journée.

Une femme qui se rendait à la source pour puiser de l’eau a échappé de peu à un de ces pachydermes.

Selon le commandant des Forces armées de la RDC (FARDC) basés à Kimuka, plus de dix hectares de champs de maïs et arachides ont été complètement détruits par ces animaux.

La population craint que cette contrée subisse la famine avec la destruction de ces cultures en pleine saison culturale A, alors qu’elle vit essentiellement des produits des champs.

Pour sa part, le chargé de protection de l’environnement d’Uvira appelle la population à adresser une plainte collective contre ces hippopotames, à l’administrateur de ce territoire, en réservant une copie au bureau de la protection de l’environnement, afin de solliciter l’intervention des autorités dans cette affaire.

Radiookapi.net

Troupeau d'éléphants dans le Parc des Virunga (RDC) - Finbarr O'Reilly/ReutersPlus de 10 hectares des champs ont été ravagés samedi 1er mars par les éléphants dans la chefferie Nkulu, territoire de Malemba Nkulu au Katanga, a annoncé dimanche le chef de cette chefferie, Edmond Nkulu. Il en appelle à l’implication des autorités politico administratives pour faire face à la menace de ces pachydermes devenue permanente.

La présence des pachydermes dans la chefferie Nkulu est à la base de la destruction des cultures et rend difficile l’accès à certaines localités de la zone. Selon le chef de la chefferie Nkulu, Edmond Kayumba, ces animaux rodent également autours des habitations, empêchant les personnes à vaquer librement à leurs activités quotidiennes.

Selon des sources locales, les éléphants circulent le long du fleuve Congo et autres cours d’eau de cette chefferie. La population locale éprouve ainsi d’énormes difficultés pour se ravitailler en produits vivriers ou manufacturiers.

Edmond Kayumba appelle les autorités politico-administratives à autoriser le refoulement de ces animaux, «afin d’épargner des vies humaines.»
De son côté, le commissaire de district adjoint chargé des questions politiques et administratives, Célestin Mayamba, affirme avoir déjà informé les responsables de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) de cette situation. Pour lutter contre la divagation des pachydermes, selon lui, il faudrait aussi mettre fin au braconnage.

Ces éléphants ravageurs, rappelle Célestin Mayamba, ont fait plusieurs victimes l’année dernière dans le même territoire. Ils avaient tué huit personnes en août 2013 dans les localités de Mangi et Kipamba. A l’époque, Felix Mbayo, le directeur provincial de l’ICCN, affirmait que plus de cent cinquante pachydermes rôdaient autour d’un affluent du fleuve Congo, appelé «Lualaba» dans cette partie du Katanga.

Radiookapi.net

 

Depuis toujours, les plantes soignent et nourrissent. Qu’en est-il aujourd’hui en RDC ?
Les plantes médicinales sont utilisées depuis les premières civilisations. Au Sud- et Nord-Kivu, le quinquina permet de combattre le paludisme. Côté nutrition, le manioc, le soja et le mfumbwa sont en bonne place.

Les plantes soignent

L’utilisation des plantes médicinales dans le traitement des maladies remonte à la plus haute Antiquité. En effet, depuis l’avènement de la maladie dans le monde, l’homme a cherché à exploiter les ressources naturelles présentes dans son environnement immédiat pour résoudre ses problèmes sanitaires et alimentaires. Les plantes médicinales sont utilisées depuis les premières civilisations.

80 % de la population mondiale aujourd’hui dépend au moins en partie de la médecine traditionnelle et des plantes médicinales pour le traitement des maladies. 40 à 70 % des médicaments proviennent de substances naturelles (d’origine végétale ou animale). Plus de 7 000 composés médicaux de la pharmacopée sont tirés de plantes.

Deux antipaludéens majeurs, (quinine et artémisine) sont issus de plantes médicinales traditionnellement utilisées contre le paludisme (le quinquina et l’artémisia). La RDC, au Sud- et Nord-Kivu, est un grand producteur d’écorces de quinquina et donc de quinine.

Les diverses espèces de quinquina sont toutes originaires du versant oriental des Andes où elles poussent disséminées dans la forêt, sous un climat pluvieux et brumeux. Ces conditions climatiques se retrouvent aussi au Kivu.

La quinine est extraite de l’écorce. Après que l’on a écorcé les troncs et tiges, on sèche les copeaux au soleil, puis dans des séchoirs appropriés. L’écorce est ensuite broyée et mise en sac pour être transportée vers les usines d’extraction et les canaux d’exportation.

Les plantes nourrissent

La RDC connaît des taux de malnutrition élevés, liés au déclin de l’agriculture et au manque d’encadrement des producteurs, à la détérioration des voies de communication et à la rareté des moyens de transport, ce qui enclave les producteurs dans leurs territoires. Les faibles possibilités de commerce et d’échange appauvrissent les agriculteurs, qui par réaction se replient sur des cultures basiques, principalement le manioc.
Les habitudes alimentaires se modifient, et les repas familiaux présentent une gamme de plus en plus restreinte d’aliments. Là où le commerce reprend, par exemple en pays nande, les repas sont diversifiés et se nourrir coûte moins cher.

Le manioc

La nature bienfaitrice en République Démocratique du CongoEn RDC, le manioc est la nourriture quotidienne. Ce tubercule aux feuilles savoureuses est originaire de l’Amérique du Sud. Les navigateurs portugais l’ont introduit en Afrique en 1600. La plante s’est intégrée facilement dans les systèmes culturels, ce qui a facilité son expansion.

Aujourd’hui, le manioc couvre plus de 70 % des besoins caloriques des Congolais. C’est la source la moins chère d’énergie alimentaire sous forme de glucides dans les pays en développement. Les tubercules sont riches en eau et à cause de cela leur concentration énergétique est moindre que celle du maïs ou du riz. Mais le manioc, comme toutes les plantes racines, produit plus sur un hectare que les céréales. D’où son succès, joint à une habitude culturelle.

Atteint par la mosaïque, les tubercules deviennent rachitiques et les feuilles sont tachetées.
La phytosanitation avec élimination rapide des plants attaqués permet d’exiter les maladies. Pour lutter contre la mosaïque, il faut replanter les champs avec des boutures saines résistantes à la maladie.

Si les paysans s’associent et constituent un parc à bois collectif – champ de manioc réservé à la cueillette des tiges pour en faire des boutures –, ils peuvent enrayer la maladie et s’assurent dès lors de belles récoltes, avec un manioc de haut rendement et de qualité.

Et le soja!

La nature bienfaitrice en République Démocratique du CongoLe soja est une plante annuelle facile à cultiver, qui produit des gousses après trois mois. Il existe de nombreuses variétés, adaptées aux climats, aux sols et aux conditions de culture très diverses.
Pour avoir des rendements maximaux, le cultivateur utilise des semences inoculées, c’est-à-dire enrobées de rhizobium. Cette enveloppe est de la terre mélangée à une concentration de bactéries. Celles-ci vont fixer sur les racines de la plante l’azote qui se trouve dans l’atmosphère.
L’azote est une molécule de base des protéines qui vont participer à la « construction » de la plante. Le soja, très énergétique, a en effet une teneur élevée en lipides et protéines végétales, ce qui en fait un des meilleurs aliments pour lutter contre la malnutrition des enfants.

Constitué d’environ 40 % de protéines et de 20 % d’huile, il peut remplacer les rations quotidiennes d’oeufs, de viande, de poisson, idéalement nécessaires à une bonne croissance et à un apport journalier de calories. Le soja est un aliment de haute qualité, convenant à l’alimentation des enfants de tout âge. C’est la source en protéines la moins chère que l’on puisse trouver sur la planète.

Répandre la culture du soja, avec de bonnes semences, représente un avantage majeur pour notre pays, où plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans sont mal nourris. Il faut bien respecter le processus de transformation du soja car il ne se consomme pas cru mais doit être « toasté », pour être consommé sans danger.
De nouvelles variétés, mises au point au Brésil, ne contiennent pas d’enzymes et peuvent être utilisés plus facilement, sans « toastage ».

Ces variétés sont testées par un passionné convaincu, André Schetter, avec l’appui du Ministère de l’Agriculture et du Centre Agronomique et Vétérinaire Tropical de Kinshasa (CAVTK).
La transformation du soja permet de produire de la farine, du lait de soja, du pain, des cakes, des biscuits et même de la viande végétale (hamburger)… La farine de soja, mélangée à la farine de manioc ou de maïs, permet de faire une bouillie très nutritive. C’est ce projet que veut développer l’ONG MAM SA NGOL à Idiofa.

Le mfumbwa

La nature bienfaitrice en République Démocratique du CongoLe mfumbwa est une plante sauvage qui se mange et qui soigne, des Congolais de la RDC à ceux de la diaspora.
Une haute valeur nutritive : les feuilles du mfumbwa contiennent des minéraux et des protéines de qualité.
Des propriétés médicinales étonnantes : les feuilles peuvent être utilisées comme médicament contre l’obésité.

Les spécialistes estiment que les forêts tropicales congolaises comptent environ 75 000 espèces végétales qui offrent un bon potentiel alimentaire. Cependant, leur usage dans l’alimentation quotidienne se perd de plus en plus, à l’exception du Gnetum Africanum, plus connu comme « mfumbwa » ou « koko ». C’est une plante sauvage comestible, particulièrement appréciée en tant que repas. Le mfumbwa fait partie du groupe des « produits forestiers non ligneux ». Les produits forestiers non ligneux sont des produits, autres que le bois, provenant des forêts, des terres boisées ou d’arbres isolés. Par exemple les chenilles, le miel, les plantes sauvages… Sa zone géographique de répartition s’étend de la RDC, au Nigeria, au Cameroun, à la République centrafricaine, au Gabon, au Congo, jusqu’en Angola.

Le mfumbwa est une plante qui est consommée par toutes les classes sociales. En la consommant, les peuples africains expriment leur identité culturelle. Les pygmées participent à sa cueillette et à sa commercialisation.

Il est vendu en grande quantité par les femmes ; c’est une des marchandises les plus prisées dans les marchés locaux. Le mfumbwa est aussi exporté vers l’Europe et l’Amérique, pour approvisionner la diaspora africaine.

Le mfumbwa est victime de son succès : sa consommation est tellement élevée qu’il est devenu rare au Bas-Congo et qu’il a complètement disparu dans certaines régions.

Agir pour le préserver :
créer une banque de gènes pour sauvegarder les souches des populations sauvages de ces espèces et développer les recherches ;
vulgariser auprès des cueilleurs des techniques de collecte non destructives ;
stimuler une plantation locale de mfumbwa pour éviter les coupes illimitées dans la forêt.

Alain HUART, Chantal TOMBU, Alice Van der Elstraeten
Ecocongo.cd

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group