Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mardi, 22 août 2017 -
001
mercredi, 19 avril 2017 07:43

Journée mondiale de terre : les droits fonciers des autochtones pour combattre les changements climatiques

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A l’occasion de la journée mondiale de terre, célébrée le 22 avril prochain, International Land Coalition (ILC), Oxfam et Initiative des droits et ressources (RRI) organiseront, du 22 au 29 avril 2017, des activités en vue de faire de la préservation des droits fonciers des autochtones un facteur de lutte contre les changements climatiques.

Logo de la campagne internationale Land Rights Now

Pendant une semaine, les participants à la campagne #landrightsnow enverront les messages forts aux gouvernements, aux décideurs et aux médias: les droits fonciers pour les populations autochtones et les communautés locales sont importants pour protéger la terre et lutter contre les dérèglements climatiques. Plus de 40 événements dans 25 pays, de la Mongolie au Brésil en passant par le Cameroun au Bangladesh, sont prévus. Il s'agit notamment de forums communautaires, d'ateliers, de projections de films, de rassemblements et de conférences de presse sous la bannière Land Rights Now to Fight Climate Change and Protect the Earth -les droits fonciers pour protéger la terre et combattre les changements climatiques-. En plus des événements sur le terrain, des organisateurs présenteront de Succes stories de résistants du Brésil, du Guatemala, du Kenya et de Taiwan et lanceront une étude intitulée Sécuriser les droits fonciers des peuples autochtones et des collectivités locales des communautés sont une solution clé pour le changement climatique.

#landrightsnow 

Depuis le 2 mars 2016, ILC, Oxfam et RRI ont lancé un appel global à l'action visant à engager et mobiliser les communautés, les organisations, les gouvernements et les individus du monde entier dans la promotion et la sécurisation des droits fonciers des peuples autochtones et des communautés locales. Cette campagne vise à garantir les droits fonciers des peuples autochtones et communautaires. L’objectif est de doubler la superficie mondiale des terres légalement reconnue détenue ou contrôlée par les peuples autochtones et les communautés locales d'ici 2020. Sécuriser ces droits est au cœur de la construction d'un monde juste et équitable. De la santé à l'éducation, la participation à la paix, la croissance à la diversité culturelle, les peuples autochtones et les droits fonciers des communautés locales sont fondamentaux pour atteindre les objectifs de développement durable auxquels les dirigeants de nations se sont engagés. «La vie sur terre telle que nous la connaissons dépend de la reconnaissance des peuples autochtones et des communautés locales en tant que gardiens de notre planète», a commenté Fedorah Bikay, chef de projet chez Congo Green Citizen qui mobilise le fond pour la réalisation d’un documentaire sur l’accès au travail des jeunes filles pygmées.

Jusqu’à 2,5 milliards de personnes, dont 370 millions de personnes autochtones, dépendent de la terre et des ressources naturelles qu’ils détiennent, utilisent ou gèrent de façon collective. Leurs droits sur ces ressources sont menacés, 1/5 d’entre elles seulement étant reconnues comme appartenant aux peuples autochtones ou aux communautés locales, le reste étant contrôlé par d’autres acteurs plus puissants. Près d’1/3 de la population mondiale est ainsi exposée à une grande vulnérabilité. Plus généralement, les sociétés ayant des droits fonciers incertains sont moins susceptibles de profiter de la prospérité et de parvenir à un développement durable.

Christian MUTOMBO MALAMBA

Lu 129 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group