Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 18 décembre 2017 -
001
vendredi, 27 janvier 2017 11:26

Les paysages forestiers intacts pourraient disparaitre d’ici 60 ans

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Si les pays à forte étendue de paysages forestiers intacts n’adoptent pas de mesures de préservation ou de gestion forestière efficace, ils pourraient les perdre d’ici 60 ans, prévient une étude scientifique menée par une équipe de chercheurs de l’Université du Marylandet publiée dans la revue Science Advances.

Cette carte montre la perte en paysage de forêt intact entre 2000 et 2013 par région à travers le monde. (Carte : Carla Schaffer/AAAS)

 

A ce jour, certains pays comme le Brésil font des efforts continuels pour protéger ces étendues mais cela demeurent encore faibles à l’échelle mondiale. Toutefois, les aires protégées, comme les parcs et les réserves, font un travail décent pour protéger ces paysages forestiers intacts contre les pertes du couvert dues à l’exploitation forestière, mais elles sont une faible défense contre l’expansion agricole.

Réduction de la zone des PFI entre 2000 et 2013 dans les pays ayant la plus forte perte relative. La longueur totale des barres bleues et rouge montre l’étendue des PFI dans chaque pays en 2000 et les barres rouges représentent la zone des PFI perdue en 2013. (Données: Potapov et al. / Sciences Advances)

En plus, les systèmes de certification tels que ceux établis par le Forestry Stewardship Council (FSC) ont failli car, selon l’étude, les pays d’Afrique centrale ont perdu autant de zones PFI où l’on dénombre autant de concessions certifiées que non certifiées, bien qu’une mesure adoptée en 2014 par son assemblée générale visait spécifiquement à renforcer la protection des PFI.

Réduction de la zone des PFI entre 2000 et 2013 dans les pays ayant la plus forte perte relative. La longueur totale des barres bleues et rouge montre l’étendue des PFI dans chaque pays en 2000 et les barres rouges représentent la zone des PFI perdue en 2013. (Données: Potapov et al. / Sciences Advances)

Pour l’équipe des chercheurs, ces cadres pour la protection de la nature sauvage ne suffisent pas, mais il faut plutôt une forte volonté de protéger ces zones. Tandis que les pays comme l’Ouganda, la République dominicaine, la Thaïlande et le Cuba avaient tous détenu plus de 90 % de leurs PFI il y a encore quelques années, les données indiquent que plusieurs pays fortement boisés qui sont toujours bondés de PFI, tels que le Gabon et la République du Congo, qui pourraient les perdre dans les 60 ans s’ils ne changent pas de trajectoire de gestion. La Bolivie, le Myanmar et le Cameroun risquent de connaitre le même sort.

L’étude constate aussi qu’il est de plus en plus difficile de trouver ces zones, cependant, Environ 919 000 kilomètres carrés de paysages forestiers intacts qui étaient présents au début du 21e siècle a disparu en 2013.

Les nouvelles sont plus mauvaises pour les pays tropicaux, où près de deux tiers de la perte s’est produite et ce taux s'accélère. Trois fois plus de PFI ont disparu des forêts équatoriales en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est entre 2011 et 2013 par rapport à la période 2001-2003.

Globalement, l’extraction du bois et l’expansion agricole ont causé le plus de pertes des pfi, mais les causes régionales varient largement. (Graphique: Potapov et al. / Sciences Avances).

L’analyse a mesuré les statistiques et à démontré que plusieurs pays tropicaux sont déjà en train de s’orienter vers un avenir sans paysages forestiers intacts. Au cours de la période étudiée, le Paraguay a perdu près de 80 % de ses IFL et le Cambodge s’est atrophié de plus de 38%. A ce rythme, les deux pays, ainsi que le Laos et la Guinée équatoriale, n’auront pas de paysages forestiers intacts restants dans les années 2030.

Réduction en pourcentage des IFL entre 2000-13 dans les pays ayant la plus forte perte absolue. Parmi tous les pays, le Paraguay a enregistré la plus forte perte proportionnelle d’IFL, perdant près de 90 pour cent de ses IFL entre 2000 et 2013. (Données: Potapov et al. / Science Advances)

En effet, les peuplements de forêts primaires qui font partie des IFL sont des dépôts de carbone vitaux dans les tropiques. Ceux qui ont été identifiés dans cette étude représentent 40% du carbone en surface, bien qu’ils ne représentent que 20% de la superficie totale des forêts tropicales.

Peu d’endroits sur la Terre échappent à la mainmise de l’humanité, et ces zones sont en diminution. Entre 2000 et 2013, le monde a perdu une étendue de paysages forestiers intacts de la taille du Venezuela.

Infocongo.org

Lu 525 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group