Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 26 juin 2017 -
001
mercredi, 03 août 2016 08:46

Suspension de financement d’Inga III : la société civile RD-congolaise prend acte

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Jeudi 28 juillet dernier, la coalition des organisations de la société civile pour le suivi des réformes et de l’action publique -CORAP- en accord avec les organisations de la société civile engagées dans le suivi du projet grand Inga, réunies au siège du CENADEP, ont pris acte de la décision de la Banque mondiale, du 25 juillet 2016, de suspendre son assistance technique en faveur du gouvernement RD-congolais dans le cadre du développement du projet hydroélectrique Inga III basse chute et de quelques sites de taille moyenne en RD-Congo, avec à la clé un montant d’USD 73,1 millions.

Une des façades du barrage Inga - Lacroisette.org

La décision de la Banque mondiale de suspendre le financement du projet Inga III n’a pas laissé indifférente la société civile RD-congolaise. Trois jours après l’annonce de cette décision, soit le jeudi 28 juillet 2016, il s’est tenu, à Kinshasa, une séance de travail entre la Coalition des organisations de la Société civile pour le suivi des réformes et de l’action publique -CORAP- et les organisations de la société civile engagées dans le suivi du projet grand Inga. Au sortir de cette séance de travail, les parties prenantes ont déclaré «prendre acte de la décision de la Banque Mondiale, du 25 juillet 2016, de suspendre son assistance technique en faveur du gouvernement congolais dans le cadre du développement du projet hydroélectrique Inga III basse chute et de quelques sites de taille moyenne en RD-Congo, avec à la clé un montant d’USD 73,1 millions». Au travers de cette attitude de la Banque Mondiale, les organisations de la société civile ont décelé un malaise entre l’exécutif RD-congolais et l’institution de Bretton Woods qui est son partenaire. 

Elles ont, néanmoins, réitéré leur soutien au projet grand Inga tout en émettant 5 revendications clés en rapport avec ledit projet. «La prise en compte des risques que peuvent encourir les communautés d’Inga lors de la construction du barrage Inga 3 BC et la réhabilitation des familles affectées par Inga 1 et 2» est la première de ces revendications de la part de la société civile qui insiste aussi sur l’affectation d’au moins 50% de l’électricité, qui sera produite, aux besoins de la population RD-congolaise. «Le respect des normes techniques, environnementales et sociales internationales, notamment les politiques de sauvegarde, les recommandations de la Commission Mondiale des barrages, la Déclaration Universelle des droits de l’homme et autres instruments connexes, la norme technique de construction, ainsi que les lois de la RD-Congo, entre autres la loi portant principes fondamentaux sur l’environnement, la loi relative au secteur de l’électricité, la loi sur la passation marchés publics, etc.», ont également réclamé ces organisations de la société civile, avant d’insister sur la plus large diffusion de l’information concernant le projet Inga III auprès du grand public ainsi que sur l’implication effective de la société civile dans toutes les phases du déroulement de ce projet.

Elles ont, par ailleurs, interpellé toutes les parties prenantes au respect des engagements pris sur la manière de conduire le projet, notamment sur les études d’impacts environnementaux et sociaux et d’autres études complémentaires 

Laurent OMBA

Lu 522 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group