Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 26 juin 2017 -
001
mercredi, 13 juillet 2016 14:42

MORATOIRE VIOLE: SCANDALE DES FORÊTS VENDUES EN CATIMINI

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bienvenue Liyota: 3 ventes secrètes 

Greenpeace Afrique révèle comment le gouvernement de la République a secrètement violé son propre moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières.

Abattage d'arbres dans une concession forestière dans le Bassin du Congo - CongoRéalités

Un cadavre vient de remonter à la surface. Greenpeace Afrique a mené une enquête sur la Société la Millénaire Forestière SARL -SOMIFOR- et la Forestière pour le développement du Congo SARL -FODECO-, deux sociétés qui ont des liens avec des ventes secrètes des trois concessions d’une surface totale de 650.000 ha, acquises en violation du moratoire imposé par le gouvernement. L’affaire fait scandale. D’après les données recueillies par Greenpeace Afrique et confirmées par l’actuel ministre de l’Environnement, Robert Bopolo, le gouvernement RD-congolais a accordé en 2015 trois concessions d’une surface totale de 650.000 ha à la Société la Millénaire Forestière SARL -SOMIFOR- dans les provinces de l’Equateur et de la Tshuapa, ainsi qu’à la société la Forestière pour le Développement du Congo SARL -FODECO- dans la province de la Tshopo, violant ainsi le moratoire qu’il a lui-même mis en place en 2002 sur l’attribution de nouveaux titres d’exploitation forestière.

Un communiqué de presse daté du mardi 12 juillet 2016 et transmis à AfricaNews indique que les enquêteurs de Greenpeace Afrique ont découvert le nom de l’homme à l’origine de ce sulfureux coup: Bienvenu Liyota Ndjoli. Selon le communiqué, ces enquêteurs ont pu consulter les contrats signés en catimini par ce député PDC et ancien ministre de l’Environnement débarqué du gouvernement à la suite de l’affaire G7.

Dans le rapport publié mardi, Greenpeace dit présenter «les preuves qu’avec ces attributions faites dans le secret, le gouvernement congolais contourne le moratoire avec l’intention de le lever avant que les conditions préalables ne soient remplies, menaçant ainsi la deuxième plus grande forêt tropicale au monde».

Dans une lettre datée du 9 juin dernier, Greenpeace a demandé des clarifications sur ces violations flagrantes du moratoire au ministre de l’Environnement Robert Bopolo, mais n’a pas reçu de réponse à ce jour, ajoute le communiqué précisant que «ce dossier sera également transmis au Procureur Général de la République de la RD-Congo afin qu’il puisse enquêter sur ces affaires».

A en croire l’ONG, il est pourtant clair que les pré-conditions pour lever cette mesure de protection sont bien loin d’avoir été atteintes, et qu’une telle mesure donnerait lieu à une situation encore plus chaotique dans le secteur forestier. «Nous exigeons du gouvernement congolais de non seulement annuler immédiatement les contrats des concessions de SOMIFOR et celle de FODECO présentés par Greenpeace, mais aussi de déterminer s’il y a eu d’autres violations du moratoire et de s’assurer que les officiels impliqués dans ces illégalités soient punis», plaide Greenpeace Afrique.

AfricaNews

Lu 875 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group