Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 26 juin 2017 -
001
jeudi, 09 juin 2016 11:52

MISE EN OEUVRE DE LA LOI SUR LA CONSERVATION DE LA NATURE

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Des mesures d’application en confection

Appuyé par différents partenaires techniques et financiers, l’Institut congolais de conservation de la nature -ICCN- a réuni, pendant deux jours dans la salle Arche de la clinique Ngaliema, parties prenantes et partenaires au développement en atelier ayant débouché sur l’adoption de la feuille de route pouvant faciliter la préparation des mesures d’application de la loi sur la conservation de la nature. L’adoption de cette feuille de route est intervenue vendredi 3 juin dernier au terme de l’atelier. Une étape décisive vers l’élaboration des mesures d’application de la loi n°14/003 relative à la conservation de la nature vient d’être franchie, ont analysé certains participants à ces assises. Représentant le DG de l’ICCN, Augustin Ngumbi Amuri, directeur-chef du cabinet, a exprimé toute sa satisfaction en déclarant: «nous sommes contents parce que nous avons atteint les objectifs assignés: nous avons adopté une feuille de route. C’est une satisfaction en partie, car ces mesures d’application ne sont pas encore disponibles. Le chemin à parcourir reste encore long».

Forêt du Bassin du Congo - WWF

À l’initiative de l’ICCN en collaboration avec World Ressources Institute -WRI-, GIZ, African wildlife foundation, TRAFFIC, Wildlife conservation society -WCS-, WWF et tant d’autres partenaires au développement, il s’est tenu, du 2 au 3 juin en la salle Arche de la Clinique Ngaliema, l’atelier de lancement du processus d’élaboration des textes d’application relatifs à la loi sur la conservation de la nature.  Au sortir des travaux lors de cet atelier, trois groupes de travail ont été constitués. Chacun d’eux a présenté une feuille de route en se basant sur le canevas arrêté. Les draft de ces différentes feuilles de route étant validés, les participants ont recommandé au secrétariat de l’atelier de les regrouper en une seule feuille de route conformément aux amendements adoptés. Selon Augustin Ngumbi Amuri, la validation de cette feuille de route ne constitue pas la dernière étape. Plusieurs autres restent à franchir. Signature par le ministre de l’Environnement, Conservation de la nature et Développement durable d’un arrêté créant le comité de validation et désignant ses membres, formalisation de groupe de travail et recrutement des consultants, sont-là les prochaines étapes. Les consultants, à en croire les propos du Directeur chef de cabinet, auront pour tâche de  rédiger les textes à soumettre au groupe de travail pour analyse avant leur soumission à la grande commission de validation. Pour ce faire, le représentant du DG de l’ICCN compte sur l’implication et la disponibilité des tous les acteurs concernés. «Nous misons sur la disponibilité des parties prenantes. Nous craignons qu’à cause de leurs occupations, ceux qui sont avec nous aujourd’hui ne soient pas avec nous demain. Nous avons également les consultants à recruter. Il faut qu’ils soient d’un bon profil et adaptés au contexte. La conservation de la nature est un secteur technique. Ce sont donc des techniciens qui, connaissant bien ce secteur, peuvent rédiger les textes sur la conservation de la nature. Notre pays a compétences certes mais c’est quand même difficile de trouver les experts en la matière», a-t-il expliqué.

Différentes parties prenantes ont pris part à  cet atelier. Les représentants de la présidence de la République, de la Primature, du Conseil économique et social, de la Société civile nationale et des ONGs internationales, du secteur privé ainsi que les agents et cadres des administrations en charge de l’environnement, de la conservation de la nature et du développement durable sans oublier les établissements publics sous tutelle du cabinet de ministre de l’Environnement. L’on a également noté la présence des autres ministères sectoriels dont les Mines, les Affaires foncières, les Hydrocarbures, l’Urbanisme, les Finances, l’Aménagement du territoire ainsi que les partenaires techniques et financiers. Le moins que l’on puisse dire est que le processus d’élaboration des mesures d’application relative à la conservation de la nature est lancé.

Laurent OMBA

Lu 715 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group