Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 18 décembre 2017 -
001
mardi, 03 mai 2016 10:18

FRUIT D’UN ACCORD ENTRE CAFI ET LA RD-CONGO à GENEVE

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(1 Vote)

USD 200 millions pour lutter contre la déforestation

Par le biais de son ministre des Finances, Henry Yav Mulang, la RD-Congo a récemment signé, à Genève en Suisse, un accord avec l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale -CAFI-. Grâce à cet accord, le pays bénéficie d’une bagatelle d’USD 200 millions en vue de préserver ses forêts. Cette somme, a-t-on appris, est destinée à remédier à la déforestation et à la dégradation de la forêt en RD-Congo et à promouvoir le développement durable.  Avec ses 155 millions d’hectares, la RD-Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde.

Déforestation dans une forêt du Bassin du Congo - Photo Ressources Africaines

Soucieuse de préserver la valeur des forêts dans la région en vue d’atténuer les effets des changements climatiques, de réduire la pauvreté, et de contribuer au développement durable,  l’Initiative pour la forêt de  l’Afrique centrale -CAFI- et le ministère RD-congolais des Finances ont dernièrement signé une Lettre d’intention pour un montant d’USD 200 millions. Cette somme, a-t-on appris, est destinée à remédier à la déforestation et à la dégradation de la forêt dans le pays et à promouvoir le développement durable. Elle sera versée en deux tranches, la seconde après vérification de plusieurs jalons.

La Lettre d’intention s’oppose à tout facteur contribuant à la déforestation en RD-Congo. Ces facteurs sont entre autres l’expansion agricole, l’utilisation de bois de chauffage, l’exploitation illégale du bois, l’aménagement du territoire, l’insécurité foncière, la pression démographique et les activités pétrolières et minières. La problématique de gouvernance, qui sous-tend ces facteurs, n’est pas mise à l’écart. De l’avis du ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, Vidar Helgesen, cette lettre d’intention devra être considérée comme une boussole qui définit la direction ambitieuse que la RD-Congo prendra afin d’éviter le type de déforestation industrielle connu dans d’autres régions du monde.

Représentant de la partie RD-congolaise lors de cette cérémonie en terre helvétique, Henry Yav Mulanga a déclaré: «la RDC, avec ses 155 millions d’hectares, s’appuie sur sa stratégie nationale REDD+ qui place la préservation de notre forêt au cœur du développement humain et économique. Notre objectif est de développer nos secteurs productifs, tout en atténuant leur impact sur les forêts». Puis : «la RD-Congo a besoin d’un soutien vigoureux de la Communauté internationale pour y parvenir et lui permettre de procéder à des réformes concrètes pour agir sur le terrain».

Ce premier accord entre CAFI et la RD-Congo intervient tout juste sept mois après le lancement de l’initiative, lors de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies qui s’est tenue à New York en 2015, en tant que coalition de donateurs. Pour la RD-Congo, qui abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, la signature de l’accord de Genève marque un autre jalon dans les efforts continus déployés par la RD-Congo sur la REDD+ depuis 2009.

Laurent OMBA

Lu 788 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group