Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mardi, 27 juin 2017 -
001
lundi, 06 juillet 2015 06:39

ELECTRIFICATION EN MILIEU RURAL : SENEN, le service laissé-pour-compte

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un taux d’électrification rural inférieur à 50% ne permet pas d’entrer dans les Objectifs du millénaire pour le développement. Pourtant en RD Congo, ce taux est inférieur à 1%. Pire, le service chargé d’électrifier le milieu rural est complètement oublié par l’Etat.

Panneaux solaires photovoltaiques au Maroc - WPPHOTO

Peu de gens savent ce qu’est le Service national des énergies nouvelles (SENEN). Même l’Etat qui a mis en place ce service spécialisé du Ministère du Développement rural, semble l’ignorer. A ces jours, les agents passent des journées entières à s’ennuyer dans des bureaux. Ils n’ont rien à faire. Pourtant, le service est censé s’occuper de la promotion des énergies renouvelables et de l’électrification en milieu rural, conformément à l’ordonnance portant attribution des Ministères qui confère l’électrification rurale à la tutelle du Ministère du développement rural. En RD Congo, l’électrification en milieu rural a un taux de moins de 1%. Or, il est admis qu’un taux inférieur à 50% ne permet pas d’entrer de plain-pied dans les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Le pays est donc loin, alors très loin de répondre au critérium des OMD. Le défi à relever est grand. L’outil pour le faire est disponible. Mais les moyens lui manquent. En effet, le SENEN a pour objectif de réduire le déficit énergétique chronique en milieu rural par la promotion et la mise en œuvre de technologie des énergies renouvelables tout en préservant l’environnement. Cet office est bien structuré à travers le pays. Au niveau central, il est géré par une Direction Nationale. Au niveau provincial, par des coordinations provinciales. Et local, par des stations. Il compte une cinquantaine d’ingénieurs compétents dans les différentes filières des énergies renouvelables. Notamment l’énergie solaire, l’énergie éolienne, la biomasse et la micro hydroélectricité.

Des réalisations qui transforment des cités

A en croire Joseph Kolomanta Mbuta, Chef de division technique du service, le SENEN a, à son actif, plusieurs réalisations. Entre autres, des études d’identification des sites des énergies renouvelables à Kinshasa et dans les différentes provinces de la RD Congo. Par exemple, à Madimba dans le Kongo Central, il a installé 5 kits photovoltaïques et 2 séchoirs solaires. Et 1 kit photovoltaïque à l’hôpital général de Kimbangu. Un autre à la mission Miyamba et à Luozi.

Des études ont été menées pour la réhabilitation de la microcentrale de Lemfu sur la rivière Luhuga. Dans la Province du Bandundu, le SENEN a réalisé une installation des kits solaire à la mission Kenge, les installations des kits solaires à Bomongo, Bolomba, Gemena, en province de l’Equateur. Il a aussi installé un hydro générateur de 40 KVA à la mission protestante de la 26ème CMLK, 20 kits photovoltaïques et 22 séchoirs au Sud Kivu. Des installations des kits ont été également réalisées à Pangi et Kimbondo, dans le Maniema. Dans les deux Kasaï, des installations de kits solaires ont été aussi réalisés à Katakokombe et à Dimbelenge. Dans l’inter-land de Kinshasa, les SENEN a placé des kits au centre de nutrition Mikondo, à Ndako pembe, au plateau de Bateke, au centre socio médical du Mont carmel. Il a mis des kits photovoltaïques à Bibwa. Des kits photovoltaïques et 2 séchoirs solaires ont été aussi placé à Nd’jili brasserie, à Mbudi et à Matadi Kibala. Ce qui démontre qu’avec des moyens, cette structure du Développement rural est capable de beaucoup de choses.

Le SOS de SENEN

Pour Kolomanta, un programme d’électrification en milieu rural avec un budget conséquent s’avère nécessaire. Malheureusement, jusqu’à ce jour, le service est sous logé. Les moyens logistiques et financiers ne viennent pas. D’où le personnel est démotivé. Le Chef de division technique insiste pour que l’autorité prenne conscience de ce secteur hautement stratégique pour le développement du pays. «Comment penser aux villages modernes sans énergie?», s’interroge-t-il. Il faut que désormais le volet énergétique soit pris en compte dans les futures négociations avec les partenaires bi et multilatéraux. Le Ministère du Développement rural vise l’amélioration des conditions de vie de populations rurales. Avec plus au moins 80.000 villages sur l’ensemble du pays, la tâche est immense en matière d’électrification rurale. Compte tenu de l’hydrographie du pays et au taux d’ensoleillement, il est facile d’accorder la priorité à l’hydroélectricité et au solaire. Le pays est situé de part et d’autre de l’Equateur. Ce sont les 2 types d’énergies qu’on doit mettre à profit. Les autres formes d’énergies étant peu connu de la population (notamment, la bio masse, éolienne, géothermique et énergie de marré), il y’a trop de difficultés d’appropriation de la technologie. En tenant compte de tous ces problèmes, les acteurs du secteur énergétique sont en train de concevoir un plan du développement énergétique à l’horizon 2025-2040 pour l’amélioration du taux de desserte qui devra aller jusqu’à 30% en milieu rural. A ce niveau, les opérateurs vont recourir à des technologies de production de petite puissance d’une manière autonome et décentralisée. Le SENEN souhaite passer à l’étape de matérialisation. Il travaille donc déjà à l’amélioration des capacités techniques de ses cadres et agents en attendant la mobilisation des moyens financiers.

Natacha MINGI/Monde Rural 

Lu 737 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group