Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mardi, 27 juin 2017 -
001
mercredi, 01 juillet 2015 18:29

La presse kinoise a du mal à se verdir

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(1 Vote)

La COM’VERTE/Congo Green Citizen vient de publier, 22 juin 2015 à l’American Corner de l’Université protestante du Congo (UPC), une étude dénommé «Parlons environnement» évaluant le taux d’ancrage des sujets environnementaux et du développement durable dans les medias kinois.

Les animateurs de la conférence de presse - Photo CGC

«Cette étude a pour objectifs de dresser un état des lieux de la thématique de l’environnement dans les médias kinois et de définir les actions qui pourraient être mises en place pour accélérer la prise en compte de cette problématique au sein des rédactions et dans les grilles de programme de medias kinois», a déclaré Christian Joseph Mutombo, responsable de communication de l’ONG.

Les conclusions de cette enquête sont sans appel : les thématiques environnementale et du développement durable ne sont pas encore « intéressantes » pour la quasi-totalité des medias kinois. En effet, elles restent en dernière position (5%) des sujets diffusables au sein des rédactions interrogées. La presse kinoise peine donc à se « verdir » et à considérer les sujets d’environnement et du développement durable comme les autres thématiques d’actualité. Les journalistes et responsables de rédactions interviewés ont évoqué plusieurs raisons pour justifier cette sorte « d’indifférence » vis-à-vis de cette thématique. Les contraintes financières (35%) arrivent en pole position. Les organes de presse estiment n’avoir pas assez de ressources à consacrer pour la réalisation des reportages, documentaires et enquêtes sur la problématique environnementale. Certains responsables des organes de presse et rédactions (20%), quant à eux, déclarent que les sujets environnementaux ne présentent aucun intérêt pour leur public tandis que d’autres (15%) affirment que ces sujets ne sont pas intéressants pour leur rédaction.

Certains journalistes (20%), en revanche, avouent que les rédactions manquent de spécialistes en interne pour couvrir l’actualité environnementale. D’autres journalistes (10%), par ailleurs, affirment que la complexité des questions environnementales, exigeant un minimum de connaissances constitue un obstacle qui les empêchent d’aborder régulièrement ces sujets.

Vers une voie royale

Incontestablement, c’est la thématique politique (55%) qui vient en tête des informations les plus traitées au sein des rédactions kinoises interviewées. L’économie (15%), ex-aequo, avec les faits divers pointent à la seconde position devant les sports (10%).

«Le fait que les sujets environnementaux et du développement durable ne fassent pas  sourire dans les réunions de rédactions des médias interrogés peut être interprété de la manière suivante: les sujets d’environnement et du développement durable ne rapportent rien aux journalistes», précise Christian Joseph Mutombo, responsable de communication.

Conséquence logique de cette relégation du sujet environnemental au second plan, 50% des medias interrogés affirment n’avoir ni d’émission/tranche/rubrique sur l’environnement. Alors que les médias de plusieurs pays dans le monde contribuent, à travers leurs  contenus, à lutte contre les changements climatiques en donnant à leurs publics les clés de compréhension des grands enjeux de l’environnement et du développement durable à travers leurs contenus. A Kinshasa, capitale RD-congolaise, les medias semblent être à la traine.

En vue d’accélérer la prise en compte de la problématique environnementale dans les medias, COM’VERTE/Congo Green Citizen propose aux medias kinois de diversifier leurs sources des revenus financiers en vue de garder leur indépendance rédactionnelle ; d’avoir en leur sein un spécialiste interne s’occupant du traitement des informations environnementales au quotidien ; d’outiller ces spécialistes internes aux enjeux environnementaux dans le monde, en général  et en RD-Congo, en particulier. « La COM’VERTE/Congo Green Citizen va organiser prochainement, en synergie avec ses partenaires, des séminaires et ateliers de renforcement des capacités sur la problématique de l’environnement en faveur des journalistes et responsables internes des questions de l’environnement», a révélé Christian Joseph Mutombo.

Alors que les ministères sectoriels (50%) et les ONGs internationales (30%) représentent la principale source d’information des journalistes kinois, l’ONG propose aux journalistes de diversifier leurs sources d’informations afin de rester objectif et à l’abri de la manipulation.

Andrea DIVINDA 

Lu 785 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group