Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : samedi, 21 octobre 2017 -
001
lundi, 22 juin 2015 08:42

FIN DU PROJET PARAU

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le gouvernement va prendre le relai

Le projet d’appui à la réhabilitation et à l’assainissement urbain -PARAU-, initié par l’Union européenne pour la récolte des déchets à travers seulement neuf communes sur les 24 que compte la capitale RD-congolaise, touche à sa fin au mois d’aout prochain. Le gouvernement de la RD-Congo prendre le relai dans les prochains mois. D’ores et déjà, renseignent les sources, l’accès aux stations de poubelles ne devrait plus être gratuit.

Amas d'ordures dans un quartier résidentiel de Kinshasa - Photo CGC

Voué au ramassage des déchets à travers quelques municipalités de Kinshasa, le Projet PARAU prendra fin en aout prochain. La balle sera dès ce mois d’aout dans le camp des autorités RD-congolaises à qui le devoir incombera désormais de poursuivre l’action lancée depuis 2007 par l’Union européenne -UE.

Déjà, quelques sources révèlent que l’accès aux stations ne sera plus gratuit comme avant au vu du coût de fonctionnement élevé de ce projet qui ne concerne même pas la moitié des communes de la capitale. Installé seulement dans neufs communes, le PARAU est à cor et crié réclamé par les populations des coins de la ville non concernées par ce projet et où n’existe aucune politique de gestion des déchets.

L’UE, initiatrice du projet, débourse une bagatelle de près d’USD 1 million chaque mois pour le fonctionnement du projet. Grâce à ce projet des stations de poubelle, dont l’accès est gratuit, ont été installées dans les communes concernées pour permettre aux ménages et autres agents chargés de ramasser les immondices d’y déverser leurs ordures. Et par semaines, tel qu’indique le responsable de ce projet, pas moins de 9000 tonnes des déchets déversés dans ces stations sont conduites à N’Sele, dans la banlieue Est de Kinshasa, où se trouve un centre d’enfouissement aménagé sur 30 hectares. «Par jour, nous recevons près de 1500 à 1700 mètre cubes d’immondices qui sont déversées au centre d’enfouissement technique», a témoigné sur radio Okapi l’ingénieur responsable de ce centre non sans révéler que le centre d’enfouissement comprend trois bassins d’épuration chargés de recueillir les liquides provenant des ordures et de les purifier afin qu’ils ne nuisent pas à la nature. Et, dans l’optique de purifier l’air pollué par le gaz produit les ordures, une forêt d’acacias a été plantée dans les périphéries du centre.

Le projet a permis l’installation dans 9 communes de 61 stations de poubelles qui reçoivent au quotidien des déchets des populations environnantes. Lesquels déchets sont ramenés, une fois la station remplie, au centre d’enfouissement technique à N’sele. Notre équipe a par ailleurs constaté que PARAU, lancé depuis huit ans maintenant, n’a pas su attirer toutes les couches des populations. Les ménages n’y accèdent que par les biais des personnes qui se chargent de collecter parcelle par parcelle les immondices moyennant une somme d’argent. «Il m’est très rare d’aller déverser ma poubelle ménagère à la station. Comme les pousse-pousseurs passent chaque matin pour ramasser les déchets, une fois ma poubelle pleine je l’invite pour déguerpir la saleté», a confié une femme ménagère habitant sur l’avenue Mahenge à un jet de salive de la station située dans le terrain de l’hôpital général de référence de Kintambo.

Autrement dit, PARAU, bien que salvateur, aura péché du point de vue communicationnel. Les populations, moins sensibilisées de la part des responsables municipaux ainsi que des responsables du projet, n’accèdent qu’à peine aux stations.

Laurent OMBA

Lu 834 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group