Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mardi, 27 juin 2017 -
001
vendredi, 03 avril 2015 15:34

A Brazzaville, les Africains veulent sécuriser leur faune et flore

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La conférence sur l’exploitation illégale des produits de la faune et de la flore d’Afrique se tiendra du 27 au 30 avril 2015 à Brazzaville. Objectif : élaboration un programme d’actions concrètes pour lutter contre le braconnage, assorti d’un mécanisme de financement durable.

Composition de Jean Vilar - Jeanvilarsciences.free.fr

Organisée par la République du Congo, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), cette conférence est appelée à mettre en place des mesures susceptibles de sécuriser la biodiversité d’Afrique pour la durabilité et la paix mondiale. 

Ayant pour thème centrale : «Sécuriser la biodiversité d’Afrique pour la durabilité et la paix mondiale», la conférence sera parrainée par la commission de l’Union Africaine (UA). Elle s’appuiera sur les conclusions des réunions antérieures dont la mise en œuvre des résultats devrait se faire de manière concertée. 

La conférence permettra aux Etats africains et leurs partenaires techniques et financiers d’adopter une stratégie africaine et un plan d’action devant apporter une réponse adéquate au trafic transfrontalier des produits des espèces de la biodiversité en danger.

Cette rencontre permettra en claire d’élaborer une feuille de route internationale pour lutter contre le commerce illégal des espèces sauvages de la faune à tous les niveaux en Afrique, impliquant les pays africains et les pays consommateurs. 

Les Africains y saisiront l’occasion pour mettre en place un programme d’actions conjointes et concrètes pour lutter contre le braconnage, assorti d’un mécanisme de financement durable, d’échange d’information sur la circulation illicite des produits de la faune et de la flore et de renforcement de capacités ; et un projet de mise en œuvre de la stratégie africaine commune sur la lutte contre le commerce illicite de faune et de la flore sauvages. 

Commerce illicite, un fléau mondial 

« Les organisations de conservation ne peuvent pas résoudre seules le problème du braconnage des éléphants, tant la menace est alimentée par le commerce international des cornes des rhinocéros et de pointes d’ivoire d’éléphants », pense un spécialiste RD-congolais. 

Le trafic illégal d'espèces sauvages est passé à la quatrième place au classement mondial des commerces illicites, juste derrière le trafic de drogue, la fabrication de fausse monnaie et la traite des êtres humains.

A ce jour, beaucoup d’espèces animales et végétales sont victimes d’une pression effrénée qui menace dangereusement les équilibres écologiques mondiaux. Parmi les espèces les plus menacées figurent le rhinocéros et l’éléphant d’Afrique, espèces emblématiques qui sont en voie d’extinction.

En effet, des données scientifiques démontrent que les éléphants en Afrique centrale sont gravement menacés par le commerce de l'ivoire et vont disparaitre si la tendance actuelle se confirme. 

Christian-Joseph MUTOMBO 

 

Lu 450 fois Dernière modification le vendredi, 03 avril 2015 17:30

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group