Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mercredi, 20 septembre 2017 -
001
lundi, 13 janvier 2014 13:41

Le Parc National de la Salonga, géant de la conservation

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Parc National de la Salonga, géant de la conservationD'une superficie de 33.350 km2, supérieure à celle de la Belgique, le Parc de la Salonga, d'une grande richesse en biodiversité est un géant de la conservation, à cheval sur les provinces de l'Equateur, du Bandundu, du Kasaï Oriental et du Kasaï Occidental, au cœur de la Cuvette centrale du Congo. Ce parc, créé en 1970, en vue d'assurer la protection des espèces endémiques, ainsi que des populations des grands mammifères qui y vivent, est le deuxième parc tropical du monde après celui des Montanhas do Tumucupaque au Brésil (38.464 km2) mais il est constitué de deux blocs indépendants d'une surface à peu près équivalente, séparés par un couloir d'une quarantaine de kilomètres de large.

Le parc est classé depuis 1984 sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO et inscrit depuis 1999 sur la liste des sites en péril. Son conservateur, Hugues DUCENNE, membre du Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC), justifie ce classement par le fait que le parc constitue "un bloc de forêts équatoriales intact avec tout le patrimoine de biodiversité génétique que ça représente", avec, outre ses chimpanzés nains bonobos, paons congolais, éléphants de forêts et gavials africains ou "faux crocodiles" emblématiques, plus de 200 espèces végétales endémiques. "Et il y a encore beaucoup à découvrir dans le monde des insectes", explique Hugues DUCENNE.

Le relief du parc est composé de plateaux de basse et moyenne altitude, allant de 300 m à l'ouest à 700 m à l'est. La majeure partie du paysage est occupée par de basses terres marécageuses ou inondables. Il est traversé au nord par les rivières Lomela et Salonga qui se jettent dans la Ruki, affluent du Fleuve Congo. Au sud, le paysage est drainé par les rivières Lukeni et Sankuru, affluents de Kasaï qui se jette dans le Fleuve Congo à Kwamouth. Les précipitations mensuelles sont abondantes (entre 2100 mm au nord et 1700 mm au sud) et bien reparties tout au long de l'année avec une diminution légère entre juin et août.

Ce paysage est couvert 23.6% par des forêts marécageuses ou inondables et 70.8% par des forets de terres fermes couvertes d'espèces d'arbres à feuilles persistante (sempervirentes) dans les fonds humides ou caducifoliées (qui perdent leurs feuilles de façon périodique) sur les sommets des plateaux. La flLe Parc National de la Salonga, géant de la conservationore forestière est dominée par des légumineuses de la famille des césalpinioidées, par des euphorbiacées et des apocynacées. Les forets du parc abritent diverses essences d'acajous africains et d'ébène. Enfin, au sud, le paysage englobe une zone de transition entre les forêts humides et l'écorégion des forêts-savanes. Un habitat important pour la faune est constitué par les clairières marécageuses, riches en sels minéraux, les bais d'éléphants ou "botoka njoku".

Le Salonga est le seul parc au monde à abriter les célèbres primates bonobos. Mais neuf autres espèces de primates diurnes ont été identifiées, dont le mangabé à ventre doré, le lophocèbe noir, le colobe bai de Thollon et le cercopithèque de Wolf. Parmi les autres espèces intéressantes, on peut citer l'éléphant de foret, le pangolin géant et l'hippopotame. L'avifaune n'est pas encore très connue. Mais on a identifié 101 des espèces typiques des forets guinéo-congolaises et une espèce endémique, le paon congolais, qu'on ne retrouve que dans les forets de centre et de l'est de la Cuvette congolaise. Enfin, le parc national abrite quelque 400 espèces de poissons dont au moins une cinquantaine sont endémiques. Certaines dans l'écorégion du Kasai vivent dans les cours d'eau de savane tandis que d'autres se trouvent uniquement dans les rivières inondées ou inondables.

François MISSER, extrait de "Les aires protégées en République Démocratique du Congo: menaces et défis. L'action de l'Union Européenne"
Paru dans la revue trimestrielle de conservation de la nature "PARCS ET RESERVES", Volume 68/Fascicule 3 édité grâce au support financier de l'ERAIFT et de l'Union Européenne.

Lu 5420 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group