Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 18 décembre 2017 -
001
mardi, 12 novembre 2013 22:27

Interpol contre le trafic d'ivoire

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour lutter contre le braconnage et le trafic d’ivoire, Interpol et la communauté internationale adoptent des méthodes inspirées de celles utilisées pour lutter contre le trafic de drogue.

Interpol contre le trafic d'ivoireLe département Américain de gestion de la faune et de la flore a annoncé qu’il allait détruire le stock d’ivoire confisqué par le pays depuis les années 1980. Les autorités américaines espèrent ainsi envoyer un message de « tolérance zéro » aux braconniers au moment où Interpol organise à Nairobi, au Kenya, une réunion conjointe avec le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) pour faire face à une crise majeure sur tout le continent africain.

En effet, le trafic d’ivoire et le braconnage des éléphants prennent des proportions inquiétantes, malgré l’interdiction du commerce de l’ivoire il y a 20 ans par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune ou de flore sauvages menacées d’extinction, ou convention de Washington). Et en deux décennies, le braconnage a non seulement pris une ampleur inégalée, mais il s’est aussi profondément transformé. Les amateurs du siècle précédent ont cédé la place à des réseaux mafieux opérant à l’échelle internationale. Ils se sont armés, agissent en bande, et sont décidés à en découdre s’il le faut. Ils se déplacent désormais de nuit, en hélicoptère, équipés de lunettes de vision nocturne et de fusils d’assaut ou d’armes automatiques.

25 000 éléphants tués en 2012 pour leur ivoire

Le nombre des pachydermes diminue rapidement dans la plupart des régions d’Afrique. Et s’il reste environ 400 000 individus sur le continent, plus de 25 000 ont été tués en 2011 et 2012. Le braconnage à grande échelle se multiplie et par exemple, près de 450 éléphants ont été tués en quelques semaines dans le parc national de Bouba Ndjida au Cameroun en 2012, par des groupes venus du Tchad ou du Soudan.

Les rhinocéros sont également menacés – pour leur corne à laquelle la médecine asiatique prête des vertus miraculeuses. Plus de 600 animaux ont été tués en 2012, mais sur une population totale beaucoup plus petite – de l’ordre de 20 000 individus.

Une demande croissante

Les Etats-Unis sont les seconds importateurs d’ivoire au monde après la Chine. Depuis le début des années 1980, ils ont confisqué plus de 6 tonnes d’ivoire illégal – ce qui reste modeste en regard de certaines prises en Afrique ou en Chine. En Tanzanie, la police vient ainsi d’arrêter 3 ressortissants chinois en possessions de 797 défenses provenant de plus de 400 animaux (l’équivalent de plusieurs tonnes) note l’agence de presse Reuters.

En Asie, l’ivoire est un symbole de richesse, devenu de plus en plus populaire ces dernières années avec l’émergence de la classe moyenne dans cette région. Avec l’augmentation de la demande, un kilo d’ivoire se revend à Pékin plus de 2 220 dollars. La communauté internationale tente par divers moyens de lutter contre ce braconnage. En Afrique, il s’agit de renforcer les dispositifs légaux et répressifs pour dissuader les braconniers. Mais l’enjeu est aussi, comme pour le trafic de drogue, de démanteler les filières, et dans les pays destination, de diminuer la demande.

Pour Robert G. Dreher, qui représente le gouvernement Américain sur les sujets de l’environnement et des ressources :
« la destruction de cet ivoire domestique est un message clair que les produits commercialisés illégalement ne devraient pas être consdiérés comme des produits de valeur. Réintroduire ce stock dans le marché légal ne serait pas une option viable puisqu’il a été prouvé que les petites ventes ne faisaient que stimuler le marché au lieu de le satisfaire », rapporte le New York Times.

Les Etats-Unis ne sont pas les premiers à détruire leur stock d’ivoire. Les Philippines, le Kenya et le Gabon l’ont déjà fait par le passé à des fins similaires.

En Chine, le gouvernement a également réaffirmé sa volonté de collaborer avec les instances internationales et vient de démanteler un réseau important : plus de 100 millions de dollars d’ivoire ont été saisis notent l’agence de presse Xin Hua et le South China Morning Post.

Malgré tout, selon une étude récente, près de 70% des Chinois n’ont pas conscience de la relation entre massacre des éléphants et commerce de l’ivoire.

Roxanne Crossley
GoodPlanet.info

Lu 4644 fois Dernière modification le mercredi, 13 novembre 2013 00:16

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group