Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : lundi, 18 décembre 2017 -
001
mercredi, 30 octobre 2013 18:01

La foret congolaise: un patrimoine à gérer avec parcimonie

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La République démocratique du Congo regorge en son territoire, la première forêt tropicale en Afrique et reste la deuxième au monde après la forêt d'Amazonie en Amérique latine spécialement au Brésil. Ces deux forêts, selon des études, constituent le poumon du globe grâce aux quantités importantes de carbone qu'elles absorbent et permet de combattre la pollution que produise les grandes nations industrielles du monde.

Vue de la foret d MAYOMBE,réserve de biosphère de LukiDes statistiques démontrent que la RDC, à elle seule, dispose de 155 millions d'hectares d'espace forestier. Un patrimoine très précieux pour l'humanité qu'il faille préserver jalousement pour l'équilibre écologique du monde. Mais la question que les observateurs se posent, est de savoir si le pays a des moyens pour assurer la protection de ses forêts qui sont constamment sollicitées par les populations locales pour leur survie et par les exploitants forestiers à la recherche permanente des grumes pour la fabrication de bois etc. ?
Le Gouvernement de la République ne saurait avec des moyes forts limités, faire face seul à cette problématique qui exige à la fois des moyens colossaux et des stratégies à même de répondre à cette préoccupation. C'est cette optique que l'exécutif congolais ne s'empêche pas de recourir aux bailleurs de fonds et autres partenaires internationaux pour gérer à bon escient ses espaces forestiers. Et parmi ces partenaires figurent en bonne place, la Banque mondiale qui, depuis des longues années, met à la disposition du gouvernement, des moyens aussi bien financiers et techniques pour l'aider à résoudre tant soit peu, ce problème.

Pourquoi la B.M s'intéresse-t-elle tant au secteur forestier ?

La Banque mondiale se préoccupe de la gestion durable des forêts à travers le monde parce que les ressources forestières constituent une source de subsistance pour les pauvres et offre des opportunités de développement et d'autres services importants à l'échelle mondiale.

Cette institution de Bretton Wood s'est engagée à accompagner le gouvernement congolais dans ses efforts de réforme du secteur forestier à cause de l'importance sociale, économique et écologique des forêts de la RDC. En effet, près de 40 millions de Congolais dépendent de la forêt pour l'énergie, l'alimentation, la pharmacopée, la construction, les terres agricoles et les revenus monétaires. Le programme que la Banque mondiale et les autres bailleurs de fonds appuient, comporte trois objectifs stratégiques.

  • Promouvoir le développement économique du secteur forestier, non seulement à travers la production du bois et des produits forestiers non-ligneux mais aussi par le biais de programmes des services environnementaux. - S'assurer que ce développement économique va de pair avec le développement social, c'est-à-dire la création d'emploi, l'établissement d'infrastructures sociales dans les zones rurales, la protection des modes de vie des peuples autochtones - Etre sûr enfin que ce développement économique et social est durable d'un point de vue environnemental, c'est-à-dire que le potentiel productif de la ressource forestière est maintenu et que la biodiversité forestière est sauvegardée.
  • L'engagement actuel de la Banque mondiale dans le secteur de l'environnement et forêt est de 115 millions de dollars US et représente 8 % du montant global du Portefeuille de la Banque mondiale en RDC. Le Portefeuille comprend cinq projets majeurs :
  • Le Projet forêt et conservation de la nature (PFCN) : la mise en retraite des fonctionnaires ayant atteint l'âge (en cours) donnera l'opportunité au ministère de l'Environnement de se rajeunir et de lancer un vaste programme de formation pour permettre au gouvernement de mieux gérer les forêts, tout en créant des centaines d'emplois pour les jeunes universitaires et professionnel. - Le Forêt Carbon Partnership (FCPF) : ce projet va aider le pays à élaborer une stratégie de développement alternative qui va réduire la déforestation en échange d'une compensation financière.

A ce sujet d'ailleurs, il faut reconnaître que la RDC accuse un grand retard. Certains pays au monde notamment le Brésil bénéficie du crédit carbone depuis des années déjà. Et permet à son gouvernement d'assurer une protection responsable et bien planifié de ses réserves forestières. Selon certaines sources ce pays reçoit une dotation de plus de 10 milliards de dollars US annuellement.

Journal L'Observateur

Lu 2422 fois Dernière modification le mercredi, 30 octobre 2013 18:17

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group