Kinshasa Time Kinshasa - RD Congo : mardi, 22 août 2017 -
001
dimanche, 22 septembre 2013 07:59

Environnement

Écrit par  Congo Green Citizen
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Photo marie-deuillaberd.fr"Environnement". Ce mot à lui tout seul constitue à la fois le problème et la solution du monde moderne en proie à diverses crises et fléaux qui dégradent la condition humaine. Mais, qu'est ce que c'est l'ENVIRONNEMENT?

Le mot "Environnement" tire ses origines du latin, du grec et du gaulois. Environnement vient du terme " virer " (tourner) qui trouve son origine dans le grec " gyros " (cercle, tour) puis dans sa transformation latine " gyrare " et " in gyrum " ; dans le latin " virare ", " vibrare " (tournoyer) ; dans le gaulois " viria " (anneau, bracelet). Les trois origines se sont mélangées avec le temps. De " virer ", l'ancien français a fait " viron " signifiant " tour " ou " ronde ". Puis, le préfixe " en " a été ajouté à " viron " pour donner " environ " (entour, autour) qui provient de la transformation de " in gyrum " et de " envirum " (attesté en 980). D'" environ " on a fait " environner " (faire le tour), attesté au XIIe siècle. Environ au pluriel " environs " signifiait " alentours ". Puis " à l'entour " a pris la forme d'" environnement " avec deux " e " . Pour perdre son deuxième " e " et donner " environnement " (action d'environner, résultat de cette action) ou " environnements " (tours, contours, circuits, voire détours), attesté du XIIIe siècle au XVIe siècle.

Etymologiquement, la notion  d’« environnement » traduit l’idée de « ce qui est autour », « ce qui entoure », idée traduisant bien le concept de « milieu » à l’échelle locale. Pris dans ce sens restreint, à l’échelle locale, le mot « environnement»  fut utilisé pour la première fois en 1917 par Gleason et formulé en ces termes: L’environnement d’une plante consiste en une résultante de tous les facteurs agissant sur cette plante ».

Il est aujourd'hui difficile, voire impossible de donner une seule définition de ce mot, tant des chercheurs, spécialistes et auteurs s'y sont penché au cours du siècle dernier et avec des approches différentes pour tenter de le comprendre. Il a été utilisé pour signifier successivement le milieu naturel à l’échelle locale, l’environnement artificiel créé par l’homme ou environnement humain, l’environnement global et finalement l’environnement planétaire.

L'environnement naturel est compris comme « L'ensemble des composants naturels de la planète Terre, comme l'air, l'eau, l'atmosphère, les roches, les végétaux, les animaux, et l'ensemble des phénomènes et interactions qui s'y déploient, c'est-à-dire tout ce qui entoure l'Homme et ses activités - bien que cette position centrale de l'Homme soit précisément un objet de controverse dans le champ de l'écologie ».

Le mot environnement est à différencier du mot nature qui désigne les éléments naturels, biotiques et abiotiques, considérés seuls , alors que la notion d'environnement s'intéresse à la nature au regard des activités humaines, et aux interactions entre l'homme et la nature. Il faut également le différencier de l'écologie, qui est la science ayant pour objet les relations des êtres vivants avec leur environnement, ainsi qu'avec les autres êtres vivants, c'est-à-dire, l'étude des écosystèmes.

Au début de la décennie 1970, on s’est rendu compte que les impacts du développement scientifique et technique n’affectaient pas seulement la nature, mais qu’ils se répercutaient grandement sur l’homme au point d’affecter tous les aspects de sa santé. Il fallait donc dépasser le cadre de la nature pour embrasser toutes les dimensions de la crise larvée, dont l’acuité commençait à être perçue. Cette crise allait être à l’origine de la conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, organisée à Stockholm, en juin 1972 et au cours de laquelle fut vulgarisé ce concept.

Dans la déclaration de Stockholm, on peut lire notamment ceci : « l’homme est à la fois créature et créateur de son environnement……. Les deux éléments de son environnement, l’élément naturel et celui qu’il a lui-même créé, l’environnement artificiel (villes, routes, etc.) sont indispensables à son bien-être et à la pleine jouissance de ses droits fondamentaux, y compris le droit à la vie ».

Mais, l’environnement humain fait également référence aux inquiétudes face aux dégâts provoqués par l’homme lui-même ainsi qu’aux impacts en résultant sur sa propre qualité de vie. Il fait aussi référence aux « problèmes », c'est-à-dire, les faits de société qui marquent le grand public parce qu’ils affectent de façon visible et mesurable la qualité de vie des individus et/ou les conditions de développement des collectivités. Ces problèmes sont relatifs à :

  • la gestion des ressources,
  • la qualité du milieu de vie,
  • la gestion des risques naturels, technologiques, alimentaires, militaires.

Le concept d’environnement global, souvent désigné par le seul mot « environnement », englobe les diverses composantes physico-chimiques et écologiques qui caractérisent le cadre de vie de l'homme.

Ce concept peut être représenté par l’équation:

Environnement global = environnement naturel + environnement artificiel

Cela intègre, de façon implicite, à la fois le milieu naturel et tout ce qui est lié à la civilisation, c’est à dire, les paysages, le milieu urbain, les activités industrielles et agricoles ainsi que  l'ensemble des dégradations qui résultent des activités humaines et leurs conséquences écologiques. Plus simplement, l’environnement global, est « un système dynamique défini par les interactions physico-chimiques, biologiques et culturelles, perçues ou non, entre l’homme, les autres êtres vivants et tous les éléments du milieu, qu’ils soient naturels, transformés ou créés par l’homme».

La crise de l’environnement se manifestant ces dernières décennies par notamment des changements globaux montrent que les problématiques environnementales sont passées de problèmes locaux, comme la protection d'une espèce, à des problèmes mondiaux tels  que  le réchauffement climatique, le trou dans la couche d'ozone et les pluies acides.

Alors qu'il se dégradait, l'environnement a acquis une valeur de bien commun et de bien public, et a été défini comme étant aussi le support de vie nécessaire à toutes les autres espèces que l'Homme. En tant que patrimoine à exploiter rationnellement pour pouvoir le léguer aux générations futures, il est considéré aujourd’hui comme le support de nombreux enjeux politiques, économiques, socio-culturels, esthétiques, ainsi que spéculatifs (comme puits de carbone par exemple) et éthiques.

Lu 7081 fois Dernière modification le mardi, 24 septembre 2013 12:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Réseaux Sociaux :

Copyright © 2017 - Congo Green Citizen. Tous droits réservés
Developped by IT Group